afPortrait


Autour d’Anne France, s’enroulent dans un mouvement aérien, des pensées, des voyages autour du monde, des rencontres, or, pour créer, Anne France fait le vide.

Le vide pour se retrouver ici dans cet atelier aux murs épais, dont la pierre retient le souffle des vies qui ont marqué la sienne. Quand le vide se remplit de trop d’air, elle ouvre portes et fenêtres, et son regard se pose sur un jardin fleuri. Le jardin nourrit des connaissances de son art.

Dans le jardin qu’Anne France entretient avec amour, des nuées d’oiseaux, et d’enfants lui parlent, rompent le silence… Elle a aussi besoin de ce bruit, comme elle a besoin de creuser la terre pour donner vie aux plantes, aux herbes, aux fleurs, à la terre, aux pierres.

Mais, Anne France contemple… et s’enferme dans son atelier avec ce trésor naturel qu’elle façonne intérieurement dans le silence. Seule une musique d’opéra peut combler le vide, et comme un voile de soie, venir se poser à fleur de peau, et remplir ses mains d’un air vivifiant qui la compose.

Dans un coin de l’atelier, Nun un chat noir, sa mascotte. Le félin scrute le moindre de ses mouvements. Il a le privilège de découvrir Anne France dans son intégrité créatrice. Devant lui, la fragilité de l’existence devient force. L’artiste dépose son vêtement social, les artifices d’une société de consommation, pour renaître dans la nudité de l’œuvre.

Anne France se penche et sourit à ce vide qui dans un mouvement intérieur/extérieur fait bouger son corps. Anne France danse autour de la terre qu’elle sculpte. Le marteau, à petits coups répétés, résonne dans l’atelier. Anne France créée de tout son corps, de toute son âme.

De la peinture à la sculpture, Anne France chemin faisant, nous invite à pénétrer son œuvre… Une œuvre universelle, où chacun retrouve un peu de soi… Anne France donne à voir, à toucher. L’aveugle voit les sculptures par l’invitation généreuse au toucher… Le voyant peut fermer les yeux, pour mieux voir… sentir… Ici, la lumière est intérieure. Tout est tactile, subtil. Le mental fait place aux sens. La volupté y est présente, évanescente.

Anne France a su transmettre les sentiments qui l’habitent, scander le vide et le plein, par le silence, par une traversée du temps de l’intérieur à l’extérieur, par une multitude de sensations, d’inspiration, de respiration, au mouvement aléatoire des choses de la vie, le corporel prend différentes formes, se matérialise sous ses doigts sculpteur d’argile.

Anne France nous donne à voir une sculpture aérienne, silhouette épurée en équilibre sur un fil rouge, au cœur symbole du lac d’amour, où pour finir plonge notre regard avide de communiquer.

Le sens de la vie revient en surface dans l’œuf tenu par l’androgyne. Figure humaine. Sculpture fine, un don de soi… L’émotion qu’elle suscite est une représentation qui, à l’intérieur de l’être, symbolise la rencontre. Anne France fait naître en chacun de nous, une nouvelle création.

Si nous pouvons recevoir ce don, nous devenons, à notre tour, créateur, sculpteur d’une vie, le temps d’un regard, d’un souffle…

Le secret créatif d’Anne France semble un mystère vivant, pas une mécanique du vide. La plénitude du vide pourrait passer pour un paradoxe, or, Anne France sculpte, entre ciel et terre, son vide et sa plénitude. Le rien devient tout. Et, chacun est invité à faire sien, le monde présent en chacune de ses œuvres.

Claudine Manteau